Google Music est le service de musique en ligne de Google, dévoilé cette semaine lors de la conférence I/O à San Franciso. Ce service n’est pas vraiment une surprise, puisque les rumeurs en parlaient avec insistance depuis plusieurs mois. Après tant d’attente, est-ce une révolution ou une déception ?

Tout d’abord, le service en quelques lignes : Google Music n’est pas un service de streaming comme Deezer ou Spotify, pas plus qu’une boutique musicale à la iTunes, mais plutôt un service d’hébergement de fichiers musicaux avec les outils pour faciliter la lecture depuis les PC, tablettes ou téléphones. Google Music permet de recevoir jusqu’à 20 000 titres envoyés par l’utilisateur : Google n’a ainsi aucun problème de droits à gérer, puisque les fichiers appartiennent à l’utilisateur et sont sur un espace privé (c’est en tous cas le point de vue de Google).

Dans les détails, on retrouve un mix de ce que fait déjà la concurrence : l’hébergement ressemble à ce que fait par exemple DropBox (qui ne se limite pas aux fichiers musicaux) associé à DropTunes pour la lecture, la synchronisation sans-fil se fait déjà chez Spotify et pour tous les services 100% dans le cloud, le mode off-line (qui permet d’écouter la musique même sans connexion Internet) se pratique déjà chez Spotify et Deezer et les playlists automatiques… vous savez d’où ça vient. Finalement, Google Music est presque une copie conforme de Cloud Player lancé il y a peu de temps par Amazon.

Mais comme c’est Google, c’est mieux et ça déchire tout non ?

Pas forcément… Déjà pour commencer, et pour refroidir nos chers compatriotes, le service n’est ouvert qu’à une poignée de testeurs et aux Etats-Unis seulement. Ensuite, il faudra un téléphone ou une tablette Android pour en profiter pleinement, Google Music s’appuyant sur Flash, interdit de séjour comme vous le savez sur l’iPhone.

Google Music pourrait également être payant après sa phase de beta, sûrement pour supporter le stockage des 20 000 titres promis. Si l’on est optimistes, on peut penser que Google Music pourra aussi profiter de l’espace de stockage gratuit de son compte Google ? Mais entre Picasa, GMail et la musique, l’espace libre risquerait de se faire rare, d’où l’offre payante certainement…

D’ailleurs, pour ce qui est de l’espace de stockage, la solution d’Amazon est plus élégante puisque la musique achetée sur la plate-forme ne compte pas dans l’espace de stockage utilisé. Mais pour cela il faut avoir de la musique à vendre.

On ne parlera pas ici de l’alternative à Google Music qui consiste à herberger ses MP3 chez soi sur son NAS pour les lire d’un peu partout : c’est beaucoup trop geek et l’électricité est moins chère dans le cloud ;)

Mais la vraie question n’est pas vraiment de savoir si l’implémentation technique est meilleure que celle du concurrent, ni de qui arrive en premier ou en dernier sur le marché (arriver premier pour faire un flop n’est pas spécialement glorieux), mais plutôt si ces choix en font la solution de demain pour l’écoute de sa musique en mobilité et si Google Music va être adopté en masse par le grand public.

Un des avantages certain de la solution de Google est de pouvoir utiliser sa bibliothèque existante de MP3, cette fameuse bibliothèque construite avec soin pendant des années de téléchargement illégal de rip de CD audio. Ce service vient ajouter une option intéressante au combo classique MP3 sur le PC + musique sur son baladeur MP3. Encore faudrait-il qu’il soit gratuit pour espérer séduire beaucoup de monde, et le problème est que Google Music ne viendra pas pour autant éliminer Spotify ou Deezer qui garderont l’avantage de la musique à la demande et de la découverte musicale.
Alors pourquoi utiliser le service de Google alors qu’on risque toujours de trainer sur Deezer, Spotify ou Grooveshark en même temps ? L’accès depuis son téléphone Android est sûrement la réponse qu’a voulu donner Google, mais si le prix (la gratuité ?) ne font pas la différence, les utlisateurs risquent de ne pas changer de service.

D’un autre côté, Deezer et Spotify sont eux aussi incomplets puisque ces services dans le cloud ne permettent pas d’utiliser son bon vieux baladeur MP3, obligeant du coup à payer deux fois : une fois pour avoir le droit de lire la musique en streaming, et une autre pour posséder la musique et la copier sur son baladeur. Spotify propose bien une solution pour pouvoir gérer toute sa musique depuis l’application, y compris son iPod par exemple, mais cela ne concerne que les MP3 achetés, et on ne peut pas transférer ses playlists comme avec un iPhone ou un téléphone Android.

Pour Google Music, on peut aussi reprocher une certaine pauvreté du service : si l’on compare avec Flickr par exemple, le succès de ce dernier pour l’hébergement de photos est fortement lié à l’écosystème très riche qui gravite autour. Pour Google, la valeur ajoutée à l’envoi de sa musique en ligne est plutôt limitée : si l’opération consiste à envoyer sa musique en ligne pour la retélécharger sur son téléphone et l’avoir en hors-ligne, autant la copier directement sur le baladeur (sans parler des temps de transferts qui risquent d’être très longs). Surtout si votre entreprise bloque les services de streaming fortement consommateurs en bande passante, vous ne pourrez même pas profiter du site Web au boulot.

Et Apple dans tout ça ? Apple a pour l’instant plus d’un wagon de retard, toujours empêtré dans ses cables et emprisonné dans son iTunes. Mais les choses pourraient changer rapidement d’après les nombreuses rumeurs actuelles. Mais ce n’est finalement pas si grave pour Apple tant que les utilisateurs restent attachés à leur bon vieux MP3.

Mais que pourraient donc faire tous ces challengers pour s’imposer sur le marché ? Facile, il suffit de suivre mes conseils de geek amateur :

Google Music

Google n’a pas la chance d’avoir des accords avec les majors, et obtenir ces accords risque d’être très compliqué aux Etats-Unis.

Google devrait à mon avis ne pas voir trop gros : être leader sur ce secteur est loin d’être facile. Pour s’imposer, Google n’a pas d’autre choix que de faire du Google : c’est-à-dire essayer de proposer un service aussi bon que celui de la concurrence tout en étant le moins cher possible ou financé par la pub (par moins cher j’entends gratuit ^^). Sauf si l’ambition n’est pas là, et consiste seulement à offrir un atout supplémentaire à Android, et surtout à ne pas en perdre un si Apple propose sa solution sur l’iPhone. Mais proposer un nouveau service pour mettre en avant Android, qui lui même est censé mettre en avant les services de Google, est-ce que ça fait vraiment avancer le Schmilblick ?

Autre solution, casser sa tirelire et acheter Spotify ?

Spotify

Pour Spotify, l’enjeu consiste à descendre des nuages, pour se démocratiser et être diffusé dans le plus de foyers possible. Les dirigeants de Spotify poussés par les majors se concentrent pour l’instant sur la transformation des comptes Free en comptes premiums payants, mais cela est loin de plaire à tout le monde, les utilisateurs préférant pour la plupart un peu de pub pour profiter de cette « radio à la demande » plutôt que de passer au tiroir caisse.

D’après moi, le réel challenge de Spotify consisterait à s’attaquer à un maillon très important pour la musique mobile : le baladeur MP3. Pourquoi s’embeter à payer des services en ligne pour faciliter la mobilité si on le fait déjà très bien depuis 10 ans avec son baladeur MP3 ? Certes il y a les applications pour iPhone ou Android par exemple, mais les djeuns au collège ou au lycée n’ont pas forcément des vieux assez sympas pour leur payer un smartphone avec l’abonnement Spotify Premium qui va bien…
Je pense que la solution est pourtant toute trouvée : appliquer au monde de la musique la même recette que pour la téléphonie mobile : proposer des baladeurs MP3 brandés « Spotify » où l’on pourrait copier en mode « offline » ses playlists en souscrivant à un abonnement Premium avec engagement d’un ou deux ans. Pour faire fort, Spotify pourrait nous faire une keynote « à la Apple » et présenter ses baladeurs maisons avec un « one more thing » indiquant que le baladeur est…gratuit (avec l’abonnement).
On pourrait imaginer plusieurs types de baladeurs (à plusieurs tarifs) avec par exemple du Spotify Shuffle qui se contente de se synchroniser en Wifi et un autre baladeur plus évolué qui pourrait profiter d’accords avec les opérateurs pour permettre le téléchargement de musique depuis leur réseau (un peu comme on télécharge des livres sur un Amazon Kindle). Le baladeur serait bien sûr conservé par l’abonné une fois la période d’engagement terminée, et pourrait lire au moins les MP3 ou du Spotify Free avec de la pub, pour toujours pouvoir servir à quelque chose ;). Idéal pour contrôler les coûts de la consommation musicale de sa progéniture, et pour péréniser le service côté Spotify.
Alors ça vous plait ? Daniel Ek si tu nous écoutes, je suis prêt à vendre mon idée pour quelques millions d’anciens francs.

Apple

Dans cette bataille, Apple a tout pour réussir : une position de leader dans le marché actuel de la musique en ligne et sur les ventes de baladeurs, des accords bien en place avec les majors pour la vente de musique (et sûrement autant de moyens de pression pour obtenir le même genre d’accords pour le streaming), et un magnifique datacenter tout neuf.
Les contenus sont déjà tous en ligne sur les serveurs d’Apple (oui, c’est comme ça que vous pouvez les télécharger dans iTunes), les rendre disponible en streaming n’est donc pas si compliqué d’un point de vue technique surtout quand on vient d’investir dans un datacenter. Bien sûr il reste les majors à convaincre, mais les talents d’Apple pour faire entrer de l’argent dans les caisses ne devrait pas laisser ce petit monde insensible.
Reste à voir l’implémentation du service. Peut-on imaginer un iTunes dans le cloud accessible en HTML5 depuis tous les navigateurs ? Une application sur l’iPhone dans la même veine que MobileMe ferait sûrement l’affaire pour le téléphone. Pour les iPod déjà plein à craquer de MP3, une synchronisation en Wifi serait déjà un grand pas pour faciliter la mobilité.
Le plus compliqué pour Apple serait sûrement la question du prix, et de comment facturer le service. Apple a en effet plusieurs possibilités : soit donner l’accès complet au catalogue musical d’iTunes en streaming contre un abonnement (qui risque d’être bien cher pour ne pas faire de l’ombre à l’achat de musique), ou simplement donner accès à ses achats dans le cloud (en payant eventuellement plus cher le titre comme on pourrait le faire en choisissant la version HD d’une vidéo).
La deuxième solution serait sûrement la plus simple, avec une évolution en douceur de l’offre actuelle (il ne faut pas non plus casser son business) et serait sûrement « facile » à accepter pour les majors. Mais l’effet « révolution » ne serait pas le même qu’avec une vraie offre de streaming à la Spotify ou Deezer. Elle aurait cependant déjà l’avantage de supprimer les besoins de synchronisation de sa musique et de ne plus être limité par l’espace de stockage disponible sur son iPod, iPhone ou iPad. Mais ici, comme pour Google Music, la concurrence des services de streaming resterait intacte grâce à leur énorme catalogue à la demande.

Et vous, quel leader ou quelle solution voyez-vous pour le futur de la musique en ligne ?

Google Music.

 


 

12 réponses pour "Google Music, Apple, Spotify – Qui va gagner la bataille de la musique mobile ?"

  1. mr_anzai  Surfe sur Google Chrome Google Chrome 11.0.696.65 avec Mac OS X Mac OS X 10.6.7
    12 mai 2011 @ 20:17
    1

    J’utilise Spotify depuis un bon moment maintenant et espère bien l’utiliser encore longtemps. Très satisfait de mon côté.

  2. manatlan  Surfe sur Google Chrome Google Chrome 12.0.742.12 avec Ubuntu Linux Ubuntu Linux
    12 mai 2011 @ 21:00
    2

    Il y a des trucs pas faux … spotify ou apple auraient des cartes à jouer.
    Maintenant, je reste persuader que google (ou amazon) ont le bon système. Et entre les 2, il n’y a pas photo, c’est google qui remportera la mise (s’ils y mettent les moyens), car ils ont le soft, et le hard aussi
    Qu’on le veuille ou non, la « musique gratuite » a encore de beaux jours devant elle. Les bdd de VK (vkontakt) ou grooveshark avec qques programmes permettent d’obtenir un peu prêt tout (en comptant qques p2p spécialisés : on a tout) … Là où spotify, deezer et consorts (ceux qui signe des accords diaboliques) n’ont presque rien.
    Et ce n’est pas l’hadopi ou un « grand firewall européen » qui empêchera quoi que ce soit.
    Pour ce qui est de la « partie découverte musicale » : je ne me fais pas de soucis … C’est juste une question de temps, et google proposera a son tour un système découverte, avec ajout à sa bdd (sans quotas) à des prix dérisoires (une fois les fameux accords signés). Google est quand même réputé pour ne pas s’endormir sur les lauriers, et sait lếcher ses services (quitte à racheter un acteur connu).
    Et ils sortiront des APIs qui permettront, certainement, à des devs talentueux de combler les trous, en proposant des supers systèmes de synchro.
    Du coup, le système « google music » permettra a son utilisateur d’écouter ses pépites introuvables sur les services payants, d’écouter du payant, et aussi et surtout, grace aux APIS/ »futurs super programmes » : d’interagir avec autres choses que des itunes/ipod/iphone/android … genre avec sa freebox v6 ou autre box, avec son vieux mp3 cowon, avec sa tv connecté, etc …
    Toute la différence se fera là ! et google raflera le marché.
    Apple est trop apple-centric, spotify n’a rien, deezer va mourir, … la place est libre ;-)

  3. Toms  Surfe sur Google Chrome Google Chrome 11.0.696.65 avec Windows Windows Vista
    12 mai 2011 @ 22:22
    3

    Préférence pour Spotify, mais la bataille ne fait que commencé…
    Si Google obtient des accords majors (via le rachat de Spotify) je mise sur ce « duo ».

  4. Papy  Surfe sur Google Chrome Google Chrome 11.0.696.68 avec Mac OS X Mac OS X 10.6.7
    12 mai 2011 @ 23:03
    4

    Oui je mets un peu en avant Spotify par rapport aux concurrents, je pense juste que c’est le service qui a le plus de chances de succès à l’international. Tout le monde parle de Spotify, et les sites US s’intéressent presque exclusivement à lui et pas du tout à Deezer par exemple… allez savoir pourquoi!

  5. rrrr  Surfe sur Google Chrome Google Chrome 11.0.696.57 avec Linux Linux
    13 mai 2011 @ 8:35
    5

    Google Music n’est apparament pas en Flash, aux dernières nouvelles.

    Et quand bien même ça serait du Flash, l’application Android repose sur du Java c’est natif sur Android, ça n’utilise jamais Flash.

  6. partipris  Surfe sur Mozilla Firefox Mozilla Firefox 4.0.1 avec Windows Windows 7
    13 mai 2011 @ 8:47
    6

    Mais quel parti pris !!! :(

    Ici, c’est « vive apple ! »

    Je me désabonne des flux RSS de cette agence marketing d’apple qu’est Papyggek.

  7. Kerwan  Surfe sur Google Chrome Google Chrome 11.0.696.65 avec Linux Linux
    13 mai 2011 @ 12:04
    7

    Google Music est en HTML5 il me semble.
    Avec peut-être une version flash si le navigateur ne prend pas en charge.

    Si Google permet de stocker sa music dans le cloud gratuitement, je pense qu’ils vont rafler le marché.
    Mais ils ne sont pas obligés de permettre 20 000 chansons.
    1000 – 2000 ça suffit largement pour la plupart des gens. Ceux qui veulent plus, payeront.

    Spotify s’enlise avec ses contrats et ils n’ont pas l’infrastructure et les moyens d’un Google ou Apple.

    Deezer, depuis qu’Orange s’en mêle, sa mort est programmé à l’international et surviendra dans 2-3 ans en France.

    Apple, est trop…Apple. Cela restera pour les appareils iOS. Donc à partir de là, on ne peut pas gagner. il ne restera que iTunes pour acheter la music.
    Mais les téléphones remplacent les baladeurs, donc petit à petit, iTunes va perdre en part de marché jusqu’à céder la place de leader de vente de musique en ligne à Amazon, Windows ou Google.

  8. Andrew  Surfe sur Google Chrome Google Chrome 11.0.696.65 avec Windows Windows 7
    13 mai 2011 @ 12:57
    8

    La page de support officiel de Google dit que c’est du Flash pour la version navigateur du service.
    Il y a aussi la version application native sur l’Android Market.
    Quelqu’un a des infos précises à ce sujet ?

  9. Papy  Surfe sur Google Chrome Google Chrome 11.0.696.68 avec Mac OS X Mac OS X 10.6.7
    13 mai 2011 @ 13:17
    9

    @partipris – hmm, tu as du lire un peu vite. Je ne suis pro rien-du-tout, je préfère de loin quand il y a un peu de concurrence.

  10. hercut  Surfe sur Google Chrome Google Chrome 11.0.696.65 avec Windows Windows 7
    13 mai 2011 @ 14:10
    10

    Article sympathique.
    Mais je pense qu’il aurait été bien de parlé un peu plus du service deezer ou Grouveshark.

    Je suis actuellement entrain de tester la plateforme de GS. Elle me semble prometteuse aussi, bien que assé similaire aux autres services.

    Se que je recherche aujourd’hui se sont les radios, de pouvoir sélectionner un ou plusieurs style afin qu’il ne fasse plus qu’une radio. Se qui évite de passer des heures a faire de grosse playliste. Et permet de découvrir de nouveau titre par la même occasion.
    GS me semble pas mal pour ca, deezer aussi avec ses radios a theme.
    Spotify la dessus je suis moins fan car moins pratique a mon gout pour cela.

    Personnellement je ne télécharge plus de musique grace (ou pas) services.
    J’ai un compte prenium sur deezer et spotify, se qui me permet de trouver toute la musique que j’aime ou presque ;) (10€ pour une bibliothèque qui n’en fini plus, je trouve que s’est intéressant.)

    Pour se qui est de mettre ma musique en ligne par le biai de Google musique, bha je n’en vois plus l’utilité de mon point de vue.

    Euh si non je trouve bizard que google musique ne reprennes pas la charte graphique de Google, non ? (peut etre du fait d’une version beta encore ? …)

  11. Peanut  Surfe sur Mozilla Firefox Mozilla Firefox 4.0.1 avec Windows Windows XP
    13 mai 2011 @ 17:05
    11

    « et les playlists automatiques… vous savez d’où ça vient » : heu… non. Lastfm ?

  12. romjpn  Surfe sur Mozilla Firefox Mozilla Firefox 3.0.3 avec Linux Linux
    26 juin 2011 @ 20:40
    12

    Autant s’acheter un petit lecteur MP3 et emporter donc ses mp3… Je ne comprends pas bien l’engouement pour les services de streaming sur mobile. Perso je n’utilise plus que GrooveShark sur le PC. Toutefois ce site va avoir affaire à quelques plaintes émanant de l’industrie du disque :( !

PapyGeek sait marcher sans bouger +